Droit au logement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Droit au logement

Message par Guy Verdier le Jeu 23 Oct - 23:43

Augustin Legrand, enfant prodigue des Don Quichotte


Les enfants de Don Quichotte sont de retour. Dans la rue et sur les écrans de cinéma. La figure emblématique de l’association, Augustin Legrand, coréalise avec Mathieu Kassovitz un film documentaire sur les coulisses de l’action en faveur des défavorisés (Enfants de Don Quichotte Acte I). Un long métrage engagé présenté comme un acte de résistance.
A l’origine, un coup médiatique réussi durant l’hiver 2006-2007. Augustin Legrand et ses amis établissent un campement de tentes pour sans-abri, canal Saint-Martin à Paris. L’action est récompensée quelques mois plus tard par l’adoption de la loi dite Dalo (Droit au logement opposable).


Une avancée, mais pas une réalité. Dans son film, Augustin Legrand dresse surtout la liste des promesses non tenues. En décembre 2006, Nicolas Sarkozy déclarait : « Je veux, si je suis élu, que d’ici deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir. » A l’échéance fatidique, le constat est sévère. Augustin Legrand n’épargne pas le chef de l’Etat. « Nous n’existons pas pour Nicolas Sarkozy qui, durant sa campagne, avait pourtant repris nos arguments. Avec un collectif d’associations, on s’est entretenu trois fois avec François Fillon en un an. La dernière, c’était il y a quinze jours. Ses conseillers nous disent qu’ils ne sont pas entendus par l’Elysée. »

Christine Boutin n’est pas épargnée. « On demande de vrais investissements, pas des rallonges pour faire du rafistolage. Dans le projet de loi sur le logement de la ministre actuellement examiné au Sénat, le logement très social n’est pas là. Les centres d’hébergement restent saturés. Des demandes sont refusées tous les soirs. Le budget 2009 consacré au logement est en baisse de 7 %. Pour les SDF, c’est la crise tous les jours. »

Dans un entretien accordé au JDD Augustin Legrand rappelle que « Christine Boutin est venue sur le canal les larmes aux yeux en disant que notre cause était la sienne depuis quinze ans, qu’elle portait ce combat depuis longtemps à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, elle est ministre et prétend avoir les moyens d’agir alors que le budget du logement est sacrifié. »

Celui qu’on qualifie de porte-voix des SDF conserve une mauvaise image des politiques. Toujours dans les colonnes du JDD, il confie qu’il y a eu des moments terribles « comme celui où j’ai réalisé que j’avais été piégé par Jean-Louis Borloo. Il m’a poussé à communiquer à la place de son ministère sur son plan d’action en faveur des sans-abri. J’aurais dû le laisser faire les annonces lui-même. C’est une erreur de ma part et en même temps la preuve de ma sincérité. »

L’intermittent du spectacle a conscience que la réussite de ses actions dépend de leur médiatisation. En décembre 2007, l’installation de tentes près de Notre-Dame se solde par un échec. « Alors qu’en 2006, les médias nous ont aidés en relayant notre action, ils s’en sont désintéressés l’année d’après. Pourquoi ? Parce que le jour où on se fait évacuer, Nicolas Sarkozy présente Carla Bruni à Eurodisney. Résultat, au lieu de faire les titres des journaux télé, on se retrouve relégués en fin d’édition. »

Les échecs ne lui font pas baisser les bras, mais sont au contraire l’occasion de se remettre en question et de faire mieux. « On n’obtiendra rien sans action. Il y a deux ans, il n’y avait que 300 tentes. Trois mille tentes, c’est demain envisageable, il y a 3 millions de mal-logés en France… Comme les promesses ne sont pas tenues, on va être beaucoup plus structuré qu’avant. »

Comédien de profession, Augustin veut se servir du 7e art pour défendre ceux qui n’ont rien et attaquer ceux qui ne font rien. De la charité-tendresse qui tranche avec la charité business qui tend à se développer depuis quelques années. Tous les bénéfices du film seront reversés à l’association, pour tourner l’acte 2, mais aussi, pour acheter des tentes, à monter des baraquements pour lancer de nouveaux campements cet hiver et mettre à l’abri les SDF.

Malgré les difficultés, le fils spirituel de l’Abbé Pierre conserve la foi chevillée au corps. « Je crois que l’action collective de toutes les associations a fait évoluer leur état d’esprit. Maintenant, les mal-logés savent que l’Etat est responsable, ils sont moins ignorants de leurs droits. Ils ont moins tendance à penser que tout est de leur faute. Il y a une révolte qui commence à naître chez eux, une révolte du bon sens, de l’intelligence. Au-delà du cas des SDF, je crois que le combat a sensibilisé l’opinion publique sur la crise du logement. Les médias en parlent plus. Les gens ont l’espoir que de nouvelles politiques publiques soient possibles. C’est une guerre d’usure contre la misère qui a été lancée. »

Source : Le JDD

par Henry Moreigne (son site)
jeudi 23 octobre 2008


Dernière édition par Guy Verdier le Mar 30 Déc - 1:02, édité 1 fois

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Le " Dal " condamné en justice ainsi que " les enfants de Don Quichotte " ...

Message par Guy Verdier le Mar 25 Nov - 14:44

25 novembre 2008


Le " Dal " condamné en justice ainsi que " les enfants de Don Quichotte " pour l'aide aux sans abris, c'est ça là FRANCE ?


Le " Dal " condamné en justice ainsi que " les enfants de Don Quichotte " pour l'aide aux sans abris, dans quelle société de merde nous vivons ! le motif : la voie Public ne doit pas être encombré de[size=21] "choses"[/size] comme si un humain était un objet mais où va t on ? je suis outrée
Mais à quoi servent "les droits de l'homme" ?
La France est devenue un territoire abject où il ne fait vraiment plus bon vivre Sad(((((((( c'est +++++ que minable
Posté par terreetmer à 12:10 - Alerte sur tout sujet - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
Tags : assoc, condamnée, france, immoral, irrespecteux, pourrie, sans abris

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Enfants de Don Quichotte - www.infodalo.fr

Message par Guy Verdier le Lun 1 Déc - 0:28

Chers amis,
Adoptée le 5 mars 2007, la loi sur le Droit au logement opposable (dite « Dalo ») est mise en oeuvre depuis le 2 janvier 2008. Dans un contexte de crise du logement accentuée qui touche un nombre croissant de ménages et de territoires, et malgré les questions fondamentales qu’elle soulève au fur et à mesure de sa mise en oeuvre, elle constitue une avancée juridique majeure en ouvrant de nouveaux droits aux personnes en difficulté pour accéder à un logement ou à un hébergement.
Le logement c’est possible !
Chacun peut agir pour faire avancer ce nouveau droit

Une "équipe mobile DALO" à laquelle participe les Enfants de Don Quichotte propose
depuis le 23 octobre 2008 animations et débats sur le DALO avec tous les acteurs locaux concernés (citoyens, associations, élus, services sociaux chargés du logement, etc).
Le bus DALO sert de lieu d'accueil et de base pour la diffusion d’informations et la distribution de différents outils (dépliants, "mallette DALO") destinés aux personnes sans domicile ou mal logées, ainsi qu'aux groupes et citoyens désireux d’aider les populations concernées à se saisir du Droit Au Logement Opposable et à remplir les dossiers de recours, en tenant compte de la diversité des contextes locaux.
Rejoignez nous !


  • Citoyens : informez-vous pour informer autour de vous !
  • Solidaires : Initiez vous aux démarches et accompagnez une famille ou une personne mal logée.
  • Engagés : devenez bénévole dans une association qui promeut le DALO.


    Le problème du logement avancera en France si des citoyens solidaires et engagés encouragent les personnes à faire valoir leur DALO.
    La tournée de l'équipe mobile et du bus DALO tend vers la journée-phare du dimanche 30 novembre 2008, veille du 1er décembre, qui est la date inaugurale des recours contentieux auprès du tribunal administratif pour les ménages reconnus prioritaires par les commissions de médiation DALO qui n’auront pas encore vu leur droit réalisé.
    N'hésitez pas à venir nous rencontrer pour témoigner, vous informer, informer vos proches mal logés, ou vous associer à un réseau local bénévole DALO pour aider les personnes à se saisir de leurs droits et à les fait valoir.
    Vous trouverez ci dessous le programme du Bus DALO en région île de France

Pour plus d'informations :
www.infodalo.fr

Afin de soutenir l'opération Augustin LEGRAND, porte parole de l'association, sera présent sur le bus durant toute la durée de la tournée.
Les enfants de Don Quichotte
Paris, le 30 novembre 2008

---------------------------------------------------------------


PROGRAMME DU BUS DALO EN ILE DE FRANCE:
PARIS
Le dimanche 30 novembre 2008
Quai de l'archeveché, chevet Notre Dame - Metro CITÉ


  • 11h30 à 13h30 : café / débat / rencontre sur le mal logement avec des élus, des personnes mal logées et nos partenaires associatifs
  • 13h00: prise de parole publique en présence de Pierre Levené, secrétaire général du Secours Catholique, Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Augustin Legrand des Enfants de Don Quichotte
  • 13h30 à 17h30 : 3 sessions de sensibilisation - initiationd'1 heure sur le Droit Au Logement Opposable



SAINT DENIS
Le lundi 1er décembre RENCONTRES-INFORMATIONS AUTOUR DU BUS DALO Place Victor Hugo, metro Saint Denis- Basilique, de 9H30 à 12H30 Avec la participation de: L'ADIL 93, le collectif Interlogement 93 et le Secours Catholique 93.
CRETEIL
Le lundi 1er décembre RENCONTRES-INFORMATIONS AUTOUR DU BUS DALO A l'angle du mail des mèches et de l'avenue du Général de Gaulle, de 14H30 à 19H00 (Metro Creteil-Université)
18h30-20H00 : Table ronde associative ouverte au public « Un toit c'est un droit : les enjeux de la loi DALO ». Avec la participation de la Croix Rouge Française, l'AUVM (Accueil Urgence Val-de-Marne), Emmaüs et le Secours Catholique. RDV à l’évêché, 2 rue Pasteur Valléry Radot, Salle n°1
NANTERRE
Le mardi 2 décembre RENCONTRES - INFORMATIONS AUTOUR DU BUS DALO


  • 9H - 11H AU CASH DE NANTERRE, 403 AVENUE DE LA RÉPUBLIQUE
  • 15H - 18H SUR L'ESPLANADE CHARLES DE GAULLE, RER NANTERRE - PRÉFECTURE
  • 18H30 - 20H TABLE RONDE A PUTEAUX, « Associations et institutions : enjeux et paradoxes de la loi DALO » avec la participation des principaux acteurs des Hauts-de-Seine. Église Ste Mathilde, 2 rue Charles Chenu, 92800 Puteaux


_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Guy Verdier le Lun 1 Déc - 0:34

par Guy Verdier le Mar 7 Oct - 14:15


Cher(e)s ami(e)s,

La plupart d'entre vous, abonnés heureux de notre newsletter, se sont inscrits sur notre site dans l'espoir de pouvoir nous soutenir un jour, d'un moyen ou d'un autre.
Ce site n'a d'ailleurs pas d'autre but que de rassembler les personnes décider à agir contre l'indignité de notre société, contre l'impuissance de nos responsables politiques, contre le silence de nos médias.
Et le jour est venu de vous inviter au premier événement "Enfants de Don Quichotte" où la certitude est acquise, que les CRS, la gendarmerie mobile et le sous préfet seront absents !
En effet, le 22 octobre 2008, la résistance se poursuit dans les salles obscures.
Nous sommes fiers de vous annoncer la sortie au cinéma de notre long-mètrage
" Enfants de Don Quichotte - Acte I - " , un documentaire de 75 minutes qui retrace la lutte que nous avons menée jusqu'à aujourd'hui.
Il y a à peine 2 ans, le long du canal Saint Martin à Paris, nous étions 300 tentes remplies de sans abris et de citoyens solidaires. Que ce serait-il passé si nous avions été 10 000 ?
Pour changer les réalités tristes de notre société, pour vous rassembler autour du respect des droits humains fondamentaux, nous avons fait un film.
Ce film explique pourquoi et comment nous nous battons.
Ce film doit permettre de mobiliser plus largement, et ce film doit convaincre de l'importance de ce combat.
Enfin, les bénéfices des producteurs du film seront reversés à l'association, ce qui lui permettra de continuer à agir en gardant son indépendance totale.
Résister pour plus de justice sociale ne doit plus être perçu comme un acte naîf et obsolète, il n'y a pas de fatalité à la tristesse du monde, chacun a en lui les moyens d'agir contre ce qu'il lui fait honte d'accepter.
Diffusez largement l'information.
On compte sur vous !
Les infos, la bande-annonce... sur
www.lesenfantsdedonquichotte.com

Les enfants de don quichotte

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Le " Dal " condamné en justice ainsi que " les enfants de Don Quichotte " pour l'aide aux sans abris, c'est ça là FRANCE ?

Message par Guy Verdier le Dim 14 Déc - 2:32

13 décembre 2008


24 rue de la banque,dimanche 14 décembre à 11h au 24 rue de la banque 75002 paris metro bourse (ligne 3)


je vous remet ce commentaire qui m'a été laissé dans le billet : Le " Dal " condamné en justice ainsi que " les enfants de Don Quichotte " pour l'aide aux sans abris, c'est ça là FRANCE ?
Quel dommage que je ne soit plus à Paris, je crois quand ce moment je passerais mon temps à gueuler dans la rue
dal
venir tous 24 rue de la banque,dimanche 14 dècembre a 11h au 24 rus de la banque 75002 paris métro bourse (ligne 3)
la lutte continue!!
un toit,c'est un droit !!!!!!

Posté par terreetmer à 12:25 - le respect - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Dim 14 Déc - 10:42

C'est un comble, condamner les associations qui aident les SDF à se mettrent un toit sur la tête, c'est de pire en pire Mme BOUTIN et consorts affraid France terre d'asile pour les étrangers mais on n'est pas capable de mettre un abris à disposition pour nos nationaux.
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy: sans promesses fixes!

Message par Guy Verdier le Dim 14 Déc - 13:12

Nicolas Sarkozy: sans promesses fixes



Durée : 04:12

Pris le : 27 novembre 2008Lieu : Paris, Île-de-France, France

Qui a dit: "L'authenticité se lit sur mon visage. Je ne triche pas. Je ne truque pas. Ça fait 30 ans que je suis dans la vie politique, personne ne m'a pris le doigt dans le pot de confiture du mensonge" ?

Réponse: Nicolas Sarkozy (conférence de presse du 08/01/08)

Sans abris, privatisation d'EDF, augmentation de la redevance, institutions, pouvoir d'achat... Nicolas Sarkozy a promis... et nous a menti.

Retrouvez toutes les "Infos du jour" sur LePost.fr

http://www.lepost.fr/perso/l-info-du-jour/

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Lun 15 Déc - 10:31

Le DAL réinstalle un campement de mal-logés rue de la Banque à Paris
LEMONDE.FR | 14.12.08 Le DAL réinstalle un campement de mal-logés rue de la Banque à Paris

Une soixantaine de personnes, en majorité des femmes et des enfants, se sont installées, le 14 décembre, rue de la Banque, dans le 2e arrondissement de Paris, pour "obtenir des logements".
L'association Droit au logement (DAL) a réinstallé, dimanche 14 décembre, en fin d'après-midi, un campement de mal-logés, rue de la Banque, dans le 2e arrondissement de Paris. Sous une bâche, sur le trottoir, une soixantaine de personnes, en majorité des femmes et des enfants, étaient installées pour "obtenir des logements".

Manifestation à Paris contre "l'aggravation de la crise du logement"
Le droit opposable peut se faire valoir devant les tribunaux à partir de lundi

Droit au logement opposable : les tribunaux saisis des premiers recours
"Pour ne pas être oubliées par l'Etat, les familles ont décidé de recommencer leur mouvement, un an jour pour jour après le démontage du campement" au même endroit, rue de la Banque, a expliqué le président du DAL, Jean-Baptiste Eyraud, qui a précisé que cette occupation "allait durer". "On va nous entendre, nous serons là au moment des fêtes", a-t-il prévenu.

"233 FAMILLES RESTENT SANS LOGEMENT"

Les occupants, des mal-logés en majorité originaires d'Afrique noire, sont allongés les uns à coté des autres, sur des matelas donnés par l'association Emmaüs, sur le trottoir contre un bâtiment prêté par la mairie de Paris et dénommé par le DAL "le ministère de la crise du logement". "Les engagements de l'Etat il y a un an de reloger 374 familles sans logis de la rue de la Banque, en échange du démontage du campement, n'ont pas été tenus car 233 familles restent sans logement", a poursuivi M. Eyraud en précisant qu'il demandait à être reçu par le premier minitre, François Fillon.

Un porte-parole du ministère du logement a affirmé que "l'Etat tient ses engagements", et que "170 propositions de relogement ont déjà été faites, 55 ont été refusées et 135 familles ont été relogées". Une cinquantaine de gendarmes mobiles stationnent depuis le milieu de l'après-midi à proximité du campement.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, environ 200 personnes avaient manifesté rue de la Banque pour exiger le relogement des personnes mal-logées et protester contre "les poursuites engagées contre le DAL". Aux cris de "Y'en a marre !" ou "Mme Boutin, arrête ton baratin !", les manifestants protestaient contre la récente condamnation de l'association à une amende de 12 000 euros pour avoir déposé sur la voie publique des couvertures et des tentes, lors du campement de la rue de la Banque, fin 2007.
Pendant ce temps, il y a des dizaines et des dizaines d'apparts vides rue du faubourg st honoré, gardés au chaud par des prestataires de services pour des locations saisonnières par des riches millionaires de la jet set mondiale.




avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Droit au logement

Message par Grognard de la République le Mer 17 Déc - 8:53

16 déc. 18h04
Rue de la banque, «on tient»
y a un an, 374 familles campaient rue de la Banque à Paris. Depuis dimanche, celles qui n'ont toujours pas été relogées dorment à nouveau sur place.


CORDÉLIA BONAL (LIBERATION)

Quelques flocons de neige tombent sur la bâche bleue qui fait office de campement. Dessous, une vingtaine de matelas en rang d'oignon. Un amas de couvertures et de duvets atteste de la présence de la nuit: une soixantaine d'hommes et de femmes, comme la nuit précédente. La plupart sont partis travailler tôt le matin. Restent quelques femmes sans emploi, revenues au campement après avoir amené leurs enfants à l'école. Une partie d'échec s'improvise sur le trottoir, des militants accrochent une banderole, on distribue des cafés. Le tout sous l'œil de la police.

Fatia, emmitouflée des pieds à la tête mais frigorifiée, accuse le coup. «Il a fait vraiment très froid cette nuit, c'est dur... Mais on tient.» Le discours est volontaire mais l'usure perceptible. Seule avec cinq enfants à charge, elle a déjà passé deux mois et demi l'année dernière sur ce même trottoir du IIe arrondissement de Paris. Comme toutes les familles qui, répondant à l'appel de l'association Droit au Logement (DAL), ont réinstallé le campement dimanche, un an jour pour jour après le départ des tentes en 2007.

Pas de tentes cette année: «Trop compliqué et on n'est pas là pour provoquer», explique Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL. En novembre, les tentes ont valu à l'association une condamnation à 12.000 euros d'amende pour «dépôt encombrant sur la voie publique». Mais Fatia n'en démord pas: «Il faisait quand même moins froid dans les tentes.»

233 familles toujours en attente

Jean-Baptiste Eyraud rappelle la situation: sur les 374 familles mal-logées qui avaient investi les lieux fin 2007, et que l'Etat s'était engagé à reloger, seules 141 ont aujourd'hui un logement. Les 233 autres sont toujours dans des hôtels, des foyers ou chez des proches. «L'Etat ne tient pas ses promesses», dénonce le DAL. Le ministère du Logement, qui confirme le chiffre, maintient pourtant que «l'Etat tient ses engagements», arguant que 55 propositions de relogement ont été refusées et que les dossiers des familles n'ont pas tous été envoyés il y a un an. «L'envoi en trois temps était prévu dans le protocole d'accord», rétorque-t-on au DAL. «Sur les 143 dossiers envoyés en décembre 2007, seuls 87 ont abouti à un relogement. L'argumentaire du ministère ne tient pas.»

Emmanuel, un militant du DAL venu de Dax, est consterné par ce dialogue de sourds: «Le gouvernement fait des comptes d'apothicaire alors que derrière ça, il y a des humains, des familles, des vies.» Un rassemblement est prévu sur place ce soir à 19 heures.

avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Lun 22 Déc - 20:34

22 déc. 11h40 (LIBERATION)
Sous les bâches de la rue de la Banque
Une seule tente cette fois, et des dizaines de matelas à même le sol, sous des bâches. Sur les 374 familles auxquelles un logement a été promis l’hiver dernier, 233 sont encore en attente.


Ce matin, une soixantaine de personnes occupent le campement de la rue de la Banque, dans le IIe arrondissement de Paris. (FP)

Ils sont une dizaine, ce lundi matin, au campement de la rue de la Banque. La plupart des occupants, une soixantaine au total, a mis les voiles pour la journée. Quelques enfants s’amusent devant l'immeuble squatté et proclamé «Ministère de la crise du logement». Les fameuses tentes rouges, qui ont fait la renommée du campement l’année dernière, et qui ont valu une amende de 12 000 euros au DAL, sont cette fois accrochées aux balcons de l'immeuble, comme des trophées. Une seule trône sur le trottoir, tel un souvenir de l'an dernier.

Laeticia, 22 ans, est venue repérer les lieux. A partir de ce soir, elle passera ses nuits ici, à l’abri des bâches. «C’est impossible de se loger, je n’ai plus le choix». Elle vit chez sa mère, mais celle-ci doit être expulsée à la fin de l’hiver. Direction la rue, sans alternative. «Je suis étudiante, je travaille le week-end mais mes revenus sont insuffisants, déplore la jeune femme. Mon conjoint gagne 1500 euros par mois mais n’a pas de garants». Avec cette lueur d’espoir: elle a obtenu une promesse d’embauche, pour le 1er juillet. A condition d’obtenir son diplôme de radiographie.

«C’est bien, continuez!»
Fatia était là l’année passée, elle a rejoint le campement la semaine dernière. Sept enfants, dont quatre mineurs, et la même impasse. Elle souffre du dos et passe le plus clair de son temps sur son matelas, à l’abri des bâches. On lui a proposé un logement dans un hôtel particulier. Un appartement envahi par les souris. «Je préfère dormir ici que là-bas», confie-t-elle.

D’autant qu’ici, on s’occupe bien d’elle. Jean-Yves Cottin, président du comité des sans-logis (CDSL), est aux petits soins. Propose du café, nettoie les tables, met le sapin de Noël en valeur. Il n’en démord pas, l’Etat doit tenir ses engagements, et loger ces familles. Sur les 374 familles auxquelles un logement a été promis l’hiver dernier, 233 sont encore en attente. L’homme salue la quasi-absence de la police, «ils ont fait quelques petites tentatives» pour les évacuer, mais rien comparé à l’année dernière.

Un homme en scooter passe à proximité. Il ralentit, lève le pouce: «C’est bien, continuez!». «C’est furtif, mais ça fait plaisir», admet Jean-Yves Cottin. A défaut de mieux, cela réchauffe les coeurs.
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Enfants de Don Quichotte (Acte I)

Message par Guy Verdier le Ven 26 Déc - 2:16



Les Enfants de Don Quichotte (Acte I)

Cinéma

Durée : 01:23
Pris le : 08 septembre 2008
Au cinéma le 22 octobre.
Tout le monde se souvient de cette centaine de tentes rouges posées le long du canal St Martin pendant l'hiver 2006. Certaines images restent bel et bien gravées, mais pour mieux les comprendre le documentaire Les enfants de Don Quichotte tombe à pic, afin que le mouvement mis en marche le 26 octobre 2006 ne soit pas un coup d'épée dans l'eau.



LES ENFANTS DE DON QUICHOTTE
Un documentaire de Augustin Legrand, Ronan Dénécé, Jean-Baptiste Legrand
Durée : 1h17
Date de sortie : 22 octobre 2008

De leur première nuit passée dans une tente à l'écho national de leurs actions et au brouhaha médiatique, Les enfants de Don Quichotte retrace le combat de Augustin et Jean-Baptiste Legrand, Pascal Oumaklouf, et Ronan Dénécé pour faire respecter les droits fondamentaux des sans abris.
Ce qui semble être au départ une bonne idée pour faire entendre ceux qu'on n'écoute pas se transforme rapidement en une lutte acharnée pour le respect de l'être humain. Les enfants de Don Quichotte s'adressent non seulement aux hommes politiques, mais également aux associations déjà en place, et surtout à tous les citoyens français.

Le plus impressionnant dans ce documentaire est de voir à quel point tout est fait avec sincérité et honnêteté. Les « EDDQ » ne cachent à aucun moment les difficultés qu'ils rencontrent à vouloir aider les SDF. Non à l'ignorance, non aux mensonges et non à l'abandon, voilà « le Cri » des enfants de Don Quichotte.
Il ne manque rien à ce documentaire pour sentir l'odeur de ce que l'on souhaite être une révolution citoyenne en France.
Les enfants de Don Quichotte rappelle l'esprit du peuple français combattant et libre. Une oeuvre citoyenne avec un goût de Ken Loach, et c'est peu de le dire, un moment fort de réalité et d'utilité publique. En salles citoyens!

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Christine Boutin à Augustin Legrand: "la tente n'est pas du tout une solution"

Message par Guy Verdier le Lun 29 Déc - 1:28

Christine Boutin à Augustin Legrand: "la tente n'est pas du tout une solution"

Le Nouvel Observateur : AP | 28.12.2008 | 21:50

La ministre du Logement Christine Boutin a réagi dimanche soir au projet d'Augustin Legrand, le fondateur des Enfants de Don Quichotte qui a affiché son intention d'installer des milliers de tentes à travers la France dans les mois à venir. "La tente n'est pas du tout une solution", a-t-elle déclaré sur RTL.
"Pour l'instant, des places sont ouvertes en supplément. Des nuits d'hôtel sont même prises en charge par l'Etat pour pouvoir héberger les personnes qui le souhaitent. Heureusement, pour l'instant, il n'y a pas de mort supplémentaire. La question n'est pas de mettre des tentes, la question, c'est d'avoir des capacités d'accueil suffisamment grandes et surtout permettre aux gens de pouvoir être au chaud", a souligné Mme Boutin.
La ministre a expliqué qu'elle avait "proposé à M. Legrand de rentrer à (son) cabinet pour (l')aider puisqu'il a tellement de bonnes idées. Il a refusé, il a décliné l'opération. Maintenant, il propose des tentes. Moi, je dis que la tente n'est pas du tout une solution", a déclaré Mme Boutin.
"Zéro SDF" sur les trottoirs la nuit est "un objectif naturellement impossible à atteindre" car "il y a un certain nombre de personnes exclues" qui "ne veulent pas répondre favorablement quand on leur propose un abri" chauffé, a-t-elle ajouté. "Il faut diminuer la précarité, ce qui n'est malheureusement pas le cas" et "ça c'est une vrai question, parce que nous rentrons dans une période très difficile".
AP

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Jeu 1 Jan - 19:58

01/01/2009 LIBERATION
Les Don Quichotte satisfaits d'obtenir gain de cause

HEBERGEMENT - La préfecture les a pris de court. Hier, les Don Quichotte et plusieurs syndicats avaient rendez-vous à Lyon avec le préfet délégué à l'égalité des chances. Une entrevue organisée à leur demande, et qui faisait suite au texte qu'ils ont signé ensemble avant Noël, pour dénoncer la hausse du nombre de personnes restant à la rue malgré des appels au 115 (notre article du 27 décembre). En arrivant, les représentants syndicaux et associatifs ont appris que la situation était provisoirement réglée. "Comme l'ont constaté avec satisfaction les membres de la délégation reçue, toutes les demandes d’hébergement adressées au 115 la nuit dernière ont trouvé une solution", indique en gras la préfecture dans un communiqué (lire ). "L'entrevue s'est très bien passée, ce que nous demandions a été mis en place avant de nous recevoir", confirme Marine Fourié, représentante à Lyon des Don Quichotte, qui promettent de rester cependant vigilants...

L'association demandait à la ville et l'Etat d'ouvrir un ou plusieurs gymnases comme cela se pratique notamment à Paris, "sans attendre qu'il fasse moins 10". Les services de l'Etat ont retenu une autre solution. Un volant "de plus de 60 places supplémentaires" a été mis à la disposition du 115 pour lui permettre, explique la préfecture, "d’orienter des familles ou des personnes très vulnérables qui resteraient sans proposition d’hébergement". La direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass) a choisi de mettre à disposition des nuitées d'hôtel.

Le nombre de personnes "sans solution" avait augmenté à l'automne, pour atteindre une centaine début décembre. Des solutions avaient alors été imaginées, notamment des lits de camps supplémentaires dans certains centres d'hébergement. "Bricolage", dénonçaient les Don Quichotte, dans un texte signé avec des organisations syndicales, ainsi qu'avec Médecins du Monde. La vague de froid ainsi que de nouveaux décès, conjugués à l'interpellation des pouvoirs publics, a conduit à une réunion inter-ministérielle consacrée au sujet mardi. A la sortie, Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté expliquait que le Premier ministre avait donné "un mot d'ordre très simple : zéro refus d'hébergement".

A Lyon, l'entrevue entre militants et représentants de l'Etat a duré environ deux heures. Le préfet délégué a détaillé les moyens dégagés par l'Etat pour l'hébergement d'urgence, puis indiqué les mesures supplémentaires décidées après la réunion inter-ministérielle. "Nous avons voulu obtenir des engagements sur la durée, indique Marine Fourié. Le préfet nous a répondu que l'intention était de maintenir cet effort. Nous restons vigilants et dès que le nombre de sans solutions ré-augmentera, nous le ré-interpellerons".
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Anciens SDF, ils retournent dans la rue pour aider

Message par Guy Verdier le Sam 3 Jan - 19:49

Pour voir la vidéo, reportage TF1 - LCI cliquez-sur le lien ci-dessous
Anciens SDF, ils retournent dans la rue pour aider

Avec le plan grand froid, le nombre de places en hébergement d'urgence a été augmenté. Encore faut-il que les sans-domicile acceptent de s'y rendre. Pour les convaincre, d'anciens SDF ont décidé de retourner dans la rue.

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Lun 19 Jan - 9:16

[Paris : les mal-logés quittent le gymnase pour la rue18.01.2009, 17h37 | Mise à jour : 22h26 Des familles de mal-logés, soutenues par l'association Droit au logement (DAL), se sont réinstallées dimanche après-midi rue de la Banque, dans le IIe arrondissement à Paris, après avoir quitté le gymnase de la Porte d'Ivry (XIIIe) où elles étaient depuis le 4 janvier.

«Les familles ont estimé qu'elles étaient plus visibles dans la rue et que c'était plus efficace pour elles d'être dans la rue de la Banque, malgré le froid», a déclaré Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL.

«On n'est pas fatigué, la lutte continue», «on va gagner», scandaient les quelque 100 à 150 personnes présentes dans la rue, dont environ 70 se sont installées sur des matelas, avec des couvertures et des couettes, sur le trottoir.

Quelque 200 familles soutenues par le DAL s'étaient installées le 4 janvier dernier dans la Halle Carpentier, avenue de la Porte d'Ivry (XIIIe), après avoir quitté le gymnase Saint-Merri (IVe), où elles avaient trouvé refuge le 27 décembre avec l'accord de la mairie de Paris. «On va y rester pendant toute la période de la vague de froid», avait alors dit M. Eyraud.

Selon le porte-parole du DAL, «environ une soixantaine» de ces familles ont reçu un avis favorable au titre du Droit au logement opposable (Dalo) et doivent être relogées par le préfet.

Leparisien.fr avec AFP
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Ven 20 Fév - 9:28

Logement : la Dal critique Boutin
AFP LE FIGARO
19/02/2009 | Mise à jour : 18:44

L'association Droit au logement (Dal) dénonce "la très libérale loi Boutin" adoptée définitivement jeudi par le Parlement ainsi que "l'impasse" faite la veille dans son intervention télévisée par le président Nicolas Sarkozy "sur les loyers et le logement cher".

A propos du projet de loi "mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion" de Christine Boutin adopté jeudi, le Dal estime dans un communiqué qu'il "contient des dizaines de mesures qui vont aggraver la crise du logement et favoriser le désengagement financier de l'Etat".

Dans ses grandes lignes, indique le Dal, la "très libérale loi Boutin précarise les locataires modestes en multipliant les statuts dérogatoires au droit commun (...) privatise le logement social et confisque des moyens de financement dans le but d'alimenter un budget du logement en baisse (...) vient au secours des promoteurs, bailleurs privés et trusts du BTP (...) et vient censurer des mesures favorables aux mal-logés".

A propos des mesures annoncées mercredi par le président Sarkozy en faveur du pouvoir d'achat, le Dal relève qu'"aucune ne prévoit de s'attaquer au +logement cher+". Selon l'association, "l'addition de tous les loyers perçus en un an a été multipliée par 4 ces vingt dernières années".
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Jeu 12 Mar - 13:27

Boutin : «Pas d'expulsion
sans relogement»

L.D. (lefigaro.fr)
12/03/2009 | Mise à jour : 10:30 Crédit photo : AFP.
A trois jours de la fin trêve hivernale, la ministre du Logement promet dans une interview au Parisien des alternatives à l'expulsion des locataires mauvais payeurs.


C'est une première. «Désormais, il n'y aura plus de personnes mises à la rue, plus d'expulsions sans une solution de remplacement» affirme la ministre du Logement, Christine Boutin, dans un entretien au Parisien jeudi, à quelques jours de la fin de la trêve hivernale, dimanche prochain. «Ce principe entre immédiatement en vigueur», précise-t-elle.

«Un préfet ne mettra plus à exécution un jugement d'expulsion sans proposer un relogement ou un hébergement pour les locataires dans l'impossibilité de payer leur loyer», précise la ministre. Elle s'apprête à le clamer haut et fort aux préfets ce jeudi, lors d'un déplacement à Châlons-en-Champagne.

Comment cette mesure pourra-t-elle être mise en place ? Le principe est «encadré par la loi sur la logement», explique la ministre. Celle-ci a mis en place une commission de prévention des expulsions qui «facilite l'intermédiation locative». «Une association ou un bailleur social bénéficiant de crédits du ministère pourra, vis-à-vis du propriétaire, se substituer aux locataires en difficulté et accompagner ces familles fragilisées». Les locataires pourront ainsi, soit rester dans leur logement, soit s'en voir proposer un autre. Quant aux locataires dits de mauvaises foi, qui peuvent payer leur loyer mais ne le font pas, «ils auront droit aussi à une solution d'hébergement».

La loi de 1990 sur la trêve hivernale reste pour autant en vigueur. Officiellement, du 15 mars au 1er novembre, les foyers ne payant pas leur loyer peuvent être expulsés de leur logement. En 2008, 10.000 expulsions pour défaut de paiement de loyers avaient été exécutées avec recours à la force publique.

La fin de la trêve semble bien désormais caduque. Reste à savoir si les préfets seront réellement en mesure de reloger les expulsés. «C'est évidemment plus facile en province qu'en Ile-de-France », concède Christine Boutin, qui en profite pour rappeler : «on n'a jamais autant construit de logement sociaux qu'actuellement».
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Jeu 12 Mar - 13:33

Si j'ai bien compris Mme BOUTIN il y a contradiction entre ce qu'elle annonce et la loi de 1990 puisque des expulsions peuvent être effectuée entre le 15 mars et le 1e novembre.
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Guy Verdier le Jeu 12 Mar - 13:57

Mme BOUTIN dit tout et son contraire en fonction du moment !
De plus, c'est bien connu il n'y a pas de logement et les Préfets n'en trouvent pas.... ???? scratch
Pour les hébergements il faudra qu'elle nous explique ainsi qu'aux associations comment d'un coup de baguette magique ou à "la grâce de Dieu" fait-elle pour avoir ses solutions ?
study

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Dim 15 Mar - 11:56

Google Actualités :Logement: la fin de la trêve hivernale met les manifestants dans la rue

PARIS (AFP) — Les associations de défense des mal-logés manifestent dimanche, fin de la trêve hivernale, pour réclamer l'arrêt des expulsions locatives, ignorant la promesse faite par la ministre du logement selon laquelle personne ne serait mis à la rue sans "solution de remplacement".


Pendant la trêve hivernale (1er novembre-15 mars), personne ne peut être expulsé de son logement. Mais "au 1er jour ouvrable après la date du 15 mars", les expulsions locatives peuvent reprendre, en l'occurrence le 16 mars à 6H00 du matin.

Christine Boutin a dit jeudi que "désormais, il n'y aurait plus de personnes mises à la rue, plus d'expulsions sans une solution de remplacement". Cette promesse n'a toutefois pas convaincu les associations militant pour le logement social, qui ont maintenu leur manifestation du 15 mars. Elles pensent que parmi les "solutions de remplacement" proposées, il y aura davantage d'hébergement (solution provisoire en hôtel ou foyer) que de logements stables, faute d'un nombre suffisant de logements sociaux disponibles.

Dimanche, une vingtaine d'associations et de partis politiques appellent à manifester pour dire "non aux expulsions" et réclamer une baisse des loyers, une amélioration des aides personnelles au logement et la réalisation "massive de logements sociaux".

A Paris, la manifestation doit partir dimanche de la place de la république à 14H30 à l'appel de nombreuses organisations: CNL (Confédération nationale du logement), Dal (Droit au logement), Attac, Coordination anti-démolition HLM, Ligue des Droits de l'Homme, CGT, Collectif pas touche au livret A, FSU, Verts, PCF, NPA, etc. Des manifestations sont également prévues en région.

En outre le mouvement Emmaüs annonce une "opération coup de poing" lundi matin, appelant à empiler des matelas place de la République, à l'aube, pour symboliser la violence des expulsions.

Le mouvement Emmaüs fait partie du collectif des 32 associations s'occupant du mal-logement qui a réclamé la semaine dernière "un moratoire des expulsions locatives". Selon Emmaüs, "500.000 ménages sont en situation d'impayés de loyers" (et donc menacés d'expulsion), une situation qui concerne "majoritairement des ménages modestes ou très modestes qui perçoivent pourtant une aide au logement".

Près de 220.000 personnes occupent un logement sans droit et sans titre à la suite d'une décision d'expulsion. L'an dernier, ce sont plus de 11.000 expulsions de personnes sans solution de relogement qui ont été faites avec le concours de la force publique. Le monde associatif dénonce comme absurdes ces expulsions alors même que la loi sur le droit au logement opposable (Dalo) fait obligation au gouvernement de reloger prioritairement ces personnes expulsées.

Les associations soulignent aussi que le gouvernement, loin de favoriser les mesures de préventions des expulsions a, au contraire, réduit la durée des procédures d'expulsion de trois ans à un an.

De son côté l'UNPI (Union nationale de la propriété immobilière) souhaite "la fin de la trêve hivernale" estimant qu'il est "mathématiquement plus facile de se reloger sur douze mois" que sur une période limitée.

La trêve hivernale a été instaurée par une loi du 3 décembre 1956 sur une proposition de loi SFIO-PCF. Elle durait alors du 1er décembre au 15 mars et elle a gagné un mois (1er novembre-15 mars) par une loi du 31 mars 1990.



C'est exactement ce que l'on écrivait plus haut, c'est tout et son contraire.
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Dim 15 Mar - 20:32

Manifestations contre le retour des expulsions
Par Reuters, publié le 15/03/2009 à 17:55


PARIS - Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Paris et en province pour réclamer un moratoire sur les expulsions en 2009, alors que la "trêve hivernale" s'achève lundi matin.

Les associations caritatives craignent une explosion du nombre de locataires évincés de chez eux avec la crise et la hausse brutale du chômage.

Selon Droit au logement, 1,8 million de familles ont du mal à s'acquitter de leur loyer et 500.000 foyers en France vont de nouveau être menacés d'expulsion.

La ministre du Logement, Christine Boutin, a promis qu'aucune expulsion locative ne serait exécutée sans "solution de remplacement". Mais les associations y voient un risque d'extension des hébergements temporaires au détriment d'un relogement stable.

La Ville de Paris a également demandé un moratoire des expulsions pour toute l'année 2009.

A Paris, 5.000 personnes, selon les organisateurs, ont défilé à l'appel d'une trentaine d'organisations, dont Droit au logement (Dal), pour réclamer, outre un moratoire sur les expulsions, la réquisition des logements vides.

Ils défilaient derrière une banderole jaune proclamant "Non aux expulsions, baisse des loyers."

En tête du cortège, Jean-Baptiste Eyraud, chef de file du DAL, a mis en garde contre les "fausses promesses" de Christine Boutin qui ne visent selon lui "qu'à démobiliser" les associations. "Elle sait très bien qu'il y aura plus d'expulsions cette année", a-t-il dit.

A Toulouse, une centaine de personnes ont déposé des matelas devant la préfecture et s'y sont allongés pour réclamer l'arrêt des expulsions locatives.

Gérard Bon
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les associations dans la rue pour la fin de la trêve hivernale

Message par Guy Verdier le Lun 16 Mar - 13:13

Les associations dans la rue pour la fin de la trêve hivernale

20minutes.fr - Créé le 15.03.09 à 10h40 | Mis à jour le 15.03.09 à 17h13 |


Manifestation, le 15 mars 2008 à Paris, en faveur du droit au logement

à la veille de la fin de la trêve hivernale des expulsions locatives./Joël Saget AFP


A lire aussi

  • Témoignage : «Un jour ou l'autre, je serai dehors avec mes enfants»
  • Expulsions : La crise fait craindre le pire
  • Droit : Des expulsions sous conditions
  • Article : Une pyramide de matelas contre les expulsions

    LOGEMENT - Elles manifestent ce dimanche après-midi pour réclamer l'arrêt des expulsions locatives...Pendant la trêve (1er novembre-15 mars), personne ne peut être expulsé. Mais «au 1er jour ouvrable après la date du 15 mars», les expulsions locatives peuvent reprendre, en l'occurrence le 16 mars à 6h du matin.

    Christine Boutin
    a affirmé jeudi que «désormais, il n'y aurait plus de personnes mises à la rue, plus d'expulsions sans une solution de remplacement». Cette promesse n'a toutefois pas convaincu les associations de défense des mal-logés. Une vingtaine d'entre elles et de partis politiques appellent à manifester ce dimanche pour dire «non aux expulsions» et réclamer une baisse des loyers, une amélioration des aides personnelles au logement et la réalisation «massive de logements sociaux».

    Des matelas empilés

    A Paris, entre 1.100 et 5.000 personnes selon la police et les organisateurs ont manifesté à l'appel à l'appel de nombreuses organisations: CNL (Confédération nationale du logement), DAL (Droit au logement), Attac, Coordination anti-démolition HLM, Ligue des Droits de l'homme, CGT, Collectif pas touche au livret A, FSU, Verts, PCF, NPA. Le cortège s'est élancé de la place de la République vers 15h . Des manifestations étaient également prévues en région.

    En outre, le mouvement Emmaüs annonce une «opération coup de poing» lundi matin, appelant à empiler des matelas place de la République, à l'aube, pour symboliser la violence des expulsions. A Toulouse, déjà, une centaine de personnes ont déposé ce dimanche des matelas devant la préfecture de Toulouse pour s'y allonger symboliquement, à l'appel d'associations de défense des mal-logés, a constaté un photographe de l'AFP.

    Emmaüs fait partie du collectif des 32 associations s'occupant du mal-logement qui a réclamé la semaine dernière «un moratoire des expulsions locatives». Selon Emmaüs, «500.000 ménages sont en situation d'impayés de loyers» (et donc menacés d'expulsion), une situation qui concerne «majoritairement des ménages modestes ou très modestes qui perçoivent pourtant une aide au logement».

    220.000 personnes concernées

    Près de 220.000 personnes occupent un logement sans droit et sans titre à la suite d'une décision d'expulsion. L'an dernier, plus de 11.000 expulsions de personnes sans solution de relogement ont été faites avec le concours de la force publique. Le monde associatif dénonce comme absurdes ces expulsions alors même que la loi sur le droit au logement opposable (Dalo) fait obligation au gouvernement de reloger prioritairement ces personnes expulsées.

    Les associations soulignent aussi que le gouvernement, loin de favoriser les mesures de préventions des expulsions, a, au contraire réduit la durée des procédures d'expulsion de trois ans à un an. De son côté l'Unpi (Union nationale de la propriété immobilière) souhaite «la fin de la trêve hivernale» estimant qu'il est «mathématiquement plus facile de se reloger sur douze mois» que sur une période limitée.

    Avec agence

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Tiens, voilà du Boutin

Message par Guy Verdier le Mar 17 Mar - 22:26

Tiens, voilà du Boutin


Passées les premières surprises, le casting présidentiel n’en finit pas de lever des inquiétudes.

D’une Rachida plus intéressée par les grands couturiers que par la misère dans les prisons, à un Besson qui girouette à tour de bras, Christine Boutin représente à elle seule mieux qu’une énigme, une interrogation.


Pourtant tout avait bien commencé.

La ministre du logement fraîchement nommée s’était engagée, pour respecter l’engagement de son chef bien-aimé, à ce que plus personne ne dorme dans la rue.

On connaît la suite :
Depuis janvier 2008, le bilan est lourd et se monte à 375 décès.

En 2008, 11 284 familles ont été expulsées selon le ministère du Logement : affaires emportées par les déménageurs et clés confisquées.

Et dimanche, après ce qu’il est convenu d’appeler la « trêve hivernale », les expulsions reprennent.

1,8 million de familles peinent à s’acquitter de leur loyer, selon l’Insee, lequel a augmenté de 40 % en dix ans, bien plus vite que les aides au logement. Et les impayés de loyers, soit trois échéances consécutives non réglées, ont augmenté de 71 %.

Cinq cent mille ménages se sont retrouvés l’an dernier dans cette situation, laissant présager le pire pour l’hiver prochain.

Après avoir contesté les récriminations des sans logis, elle a fini par reconnaître qu’il y avait un « petit problème ».

Les tentes du canal st Martin lui étaient brusquement devenues très visibles.
Il faudrait lui rappeler qu’une loi existe qui permet la réquisition des appartements libres, n’ayant pas trouvé de locataires depuis un certain temps.

Passé le premier hiver, est arrivé le second, sans que l’on ait pu constater un réel changement.

Il fut même question de loger de force, à l’abri du froid, ceux qui persistaient à vouloir rester dehors.
Il faut dire que le danger est parfois aussi grand dedans que dehors, reçus qu’ils puissent être dans des institutions sanitairement discutables, et il peut leur arriver d’être dévalisés du peu qu’il leur reste.

La fin de l’hiver arrive et nombreux sont ceux qui risquent de se faire expulser de leur logement faisant fatalement remonter le nombre des sans abri.

Alors la ministre promet.

Elle demande que des commissions départementales soient mises en place pour détecter les situations difficiles et y remédier.

La technique est connue, et elle est efficace : quand il y a un problème, il faut créer une commission.

Mais en même temps la Ministre a insisté sur sa volonté de ne pas empêcher les décisions de justice d’expulsion.

Etrange contradiction.

La Ministre continue à faire parler d’elle : En désaccord avec nadine Morano sur l’homo parentalité (sujet bien plus important que de gérer les problèmes des expulsions, et des sans abri) Boutin aurait proposé un débat télévisé avec cette dernière.

Ce qui a énervé le président.

Les débats télévisés, c’est pour lui, et pour personne d’autre, et comme il le rappelle :
« On marche sur la tête, un ministre ne doit pas demander un débat à un autre ministre ».

D’après le « Canard Enchaîné », Sarkozy aurait déclaré le 4 mars, lors du conseil des ministres :
« Elle me fait chier, cette Boutin, avec ses postures, ses déclarations et ses conneries (………) quand on est au gouvernement, soit on est solidaire de tout ce qui est fait et décidé, soit on se casse ».

Dans son langage châtié, inspiré on s’en doute par la lecture attentive de la « princesse de Clèves » le Président a donc fait savoir à sa Ministre que l’état de grâce était bien fini.

On se demande comment la Ministre va réagir, elle qui a écrit il y a peu un livre qui n’a pas laissé un souvenir impérissable : Je ne suis pas celle que vous croyez / éditions first 2006.

En tout cas elle a fait un constat :
Elle a estimé dans les pages du Figaro magazine que le Président avait beaucoup évolué dans sa relation avec les femmes ministres :
« On est revenu à une relation non sexuée, plus professionnelle, plus politique ».

C’est, le moins que l’on puisse dire, un doux euphémisme, si le Président a réellement tenu les propos que le « Canard » lui prête au sujet de madame Boutin.

Car comme disait un vieil ami africain :
« Si tu regardes une image très laide, vérifie que ce ne soit pas ton reflet. »

Source : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=53004


_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Mer 18 Mar - 18:03

Publié le 18/03/2009 à 14:59 - Modifié le 18/03/2009 à 15:04 Le Point.fr

Expulsions locatives : quand Sarkozy recadre Boutin
Par Chloé Durand-Parenti (source AFP L'EXPRESS)

Alors que Christine Boutin avait promis jeudi dernier qu'il n'y aurait plus aucune expulsion locative sans solution de remplacement, le président de la République s'est inscrit en faux en ce qui concerne les mauvais payeurs

À l'occasion d'un déplacement à Ornans, dans le Doubs, consacré au plan de relance, Nicolas Sarkozy a fermement recadré mardi la ministre du Logement Christine Boutin. Alors que cette dernière avait promis jeudi dernier qu'il n'y aurait plus aucune expulsion locative sans solution de remplacement, le président de la République s'est inscrit en faux en ce qui concerne les mauvais payeurs. "Je ne suis pas d'accord. Si on est de mauvaise foi, si on est malhonnête, je ne vois pas pourquoi la société viendrait vous aider", a tancé Nicolas Sarkozy, ajoutant qu'il veillerait à ce que "les choses fonctionnent correctement".

"Dans une période de crise, les gens sont très attachés à la justice et ils ont raison. La justice, c'est que quelqu'un qui est honnête ne doit pas être pénalisé parce qu'il est honnête, parce qu'on serait trop indulgent avec des gens malhonnêtes", a-t-il affirmé. "C'est ça, la justice. Que chacun soit assuré que, s'il fait des efforts, il sera récompensé, mais celui qui ne fait aucun effort, il n'y a aucune raison qu'il soit récompensé sur le dos des autres. C'est très important, y compris dans les logements sociaux", a conclu le chef de l'État.

Un jugement sans appel, qui intervient alors même que l'annonce faite par la ministre n'a guère convaincu les associations de défense des mal-logés. Sceptiques, ces dernières y ont vu un risque d'extension des hébergements temporaires au détriment d'un relogement stable.
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Logement: Sarkozy recadre Boutin et la vidéo avant la présidentielle

Message par Guy Verdier le Mer 18 Mar - 20:43

Mercredi 18 mars 2009

Logement: Sarkozy recadre Boutin et la vidéo avant la présidentielle


Logement : Sarkozy recadre Boutin et la vidéo avant la présidentielle
Lire ici :
Expulsions locatives : quand Sarkozy recadre Boutin

Voir la vidéo, ce que Sarkozy disait pendant la campagne présidentielle :



par Aliciabx publié dans : Ben voyons... communauté : Les Blogs Sarkostique


C'est vraiment tout et son contraire à présent. Au fait les promesses des campagnnes présidentielles n'engagent que ceux qui y croient...
La preuve là il n'y a pas photo et en audio et vidéo s'il vous plait !!!!!
Guy


Dernière édition par Guy Verdier le Ven 3 Avr - 14:28, édité 1 fois

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Grognard de la République le Ven 3 Avr - 13:44

67 SDF sont morts depuis début 2009
AFP LE FIGARO
03/04/2009 | Mise à jour : 12:06 .

Au moins 67 personnes vivant dans la rue sont mortes depuis début 2009, a annoncé aujourd'hui dans un communiqué le collectif Les Morts de la Rue, qui tient un décompte hebdomadaire des SDF décédés en France.

Depuis le 27 mars, le collectif a "eu la peine d'apprendre le décès de 8 personnes SDF portant à 67" le nombre de morts de la rue portés à la connaissance du collectif depuis début 2009.

Les membres du collectif précisent les prénoms, les âges - les décédés sont souvent très jeunes - les lieux et les circonstances de ces décès et assurent les proches de leur "soutien".

Ils citent notamment Pedro, 36 ans, mort le 1er mars 2009 à Marseille; Sylvie, 41 ans, le 16 mars dans un hôpital de Rennes; Kamel, 53 ans, mort le 21 mars 2009 à Marseille dans une cabine téléphonique, qui "ne mendiait jamais, était fier et courageux et apportait chaleur humaine à ceux qui le rencontraient"; Dieter, un Allemand de 51 ans, le 24 mars 2009 à Marseille; Grégory, 34 ans, mort le 1er avril 2009 à Villefranche sur Saône sur la terrasse d'une maison abandonnée.

Le collectif souligne qu'il apprend ces décès "souvent de manière fortuite, par le voisinage" et que "les personnes mortes de la rue sont beaucoup plus nombreuses", invitant ceux qui apprennent d'autres décès de SDF à les lui faire connaître.
avatar
Grognard de la République
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 1981
Age : 72
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : camping-car - généalogie
Humeur : En général bonne mais pas toujours
Date d'inscription : 23/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit au logement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum