Défense. «On a les moyens que l'on se donne»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Défense. «On a les moyens que l'on se donne»

Message par Guy Verdier le Jeu 9 Juil - 18:00

Défense. «On a les moyens que l'on se donne»

9 juillet 2009 -

Hier, Françoise Olivier-Coupeau, députée PS du Morbihan, a présenté à l'Assemblée nationale son rapport sur le coût des opérations militaires extérieures de la France. Elle pointe du doigt le manque de clarté.

Vous êtes le co-auteur avec Louis Giscard-d'Estaing, de ce rapport. Quel était l'objectif de votre travail?
Les Français ont le droit de savoir ce que coûtent ces opérations militaires, que ce soit dans le cadre de conflits, d'installation de bases à l'étranger comme dernièrement à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, ou dans la lutte contre la piraterie. Ils ont aussi le droit de savoir à quoi cela sert.

Quelles sont vos conclusions?
Il faut plus de clarté. Nous constatons une sous-budgétisation chronique des Opex (opérations extérieures). Chaque année, nous votons à peine 55% du coût total. Des opérations qui ont été évaluées à 852millions d'euros en 2008.

Que préconisez-vous alors?
Il est nécessaire d'optimiser les coûts. Un exemple, en opérations extérieures, les militaires sont d'abord hébergés sous tentes, avant que l'on passe au préfabriqué pour ensuite construire en dur. Si d'emblée on construisait durablement, on gagnerait du temps, de l'argent et ce serait plus sécurisant pour les troupes. Autre exemple: quand les soldats français recrutent un interprète afghan pour le compte de la coalition, la prestation est facturée 600 € par mois. À l'inverse, quand la France fait appel à un interprète fourni par une nation de la coalition, ce service lui coûte 2.500 €. Il faut également s'intéresser à l'externalisation de certaines tâches confiées à des entreprises privées, souvent des multinationales européennes. Cela coûte plus cher et les militaires sont parfois obligés d'assurer leur sécurité.

Quelles sont vos autres propositions?
Dans le cadre de la lutte contre la piraterie, malgré la mise en garde des autorités, certains navires battant pavillon français fréquentent des eaux dangereuses. Je propose que toute intervention militaire aboutissant à la récupération d'un bateau mis en difficulté soit facturée au propriétaire où à l'assureur. Par ailleurs, nous proposons que les prises réalisées par les militaires, comme les embarcations rapides utilisées par les narcotrafiquants, puissent être réutilisées par les armées.

N'est-ce pas anecdotique?
Non absolument pas, ce sont des mesures qui permettraient d'optimiser les coûts. D'ailleurs, cela pourrait aussi s'appliquer à la police. Il suffirait de modifier les codes des douanes et des domaines.

Finalement, la France a-t-elle encore les moyens de se déployer sur les théâtres d'opérations extérieures?
Oui, mais on a les moyens que l'on se donne. Il est vrai que pour l'instant nous sommes dans une sorte de flou artistique. Chacun bricole dans son coin et il existe une grande défiance entre le ministère de la Défense et Bercy.



  • Propos recueillis par Laurent Marc
  • Source : Le Télégramme

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 20967
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum