Fédération française des Banques Alimentaires

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Fédération française des Banques Alimentaires

Message par Jean11 le Lun 8 Nov - 9:24

Nous, nous donnons au "secours catholique", je connais plusieurs personnes qui s'investissent et qui sont sur le terrain, il y a beaucoup de misére, mais c'est toujours les mêmes qui se manifestent, ils voudraient tellement aider ceux qui se terrent chez eux, dés qu'il y a un "cady" à l'entrée d'un magasin alimentaire, il y a beaucoup de gens qui donnent même souvent "les petites gens"

Jean11

Nombre de messages : 2332
Age : 76
Localisation : Paris 19°
Emploi/loisirs : Retraité, petite marche, danse
Humeur : Nostalgique
Date d'inscription : 03/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération française des Banques Alimentaires

Message par Jean11 le Lun 8 Nov - 9:26

Il faut continuer, toujours continuer, il y a tant de précarité

Jean11

Nombre de messages : 2332
Age : 76
Localisation : Paris 19°
Emploi/loisirs : Retraité, petite marche, danse
Humeur : Nostalgique
Date d'inscription : 03/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération française des Banques Alimentaires

Message par Guy Verdier le Lun 10 Jan - 13:17

L'aide Alimentaire expliquée sur "Radio dialogue" par Gérard Houlder de la Banque Alimentaire des Bouches-du Rhône

Emission très intéressante à écouter à cliquant ci-après Télécharger ce fichier

Guy

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 21030
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération française des Banques Alimentaires

Message par Guy Verdier le Sam 12 Fév - 21:57





Si plus d’un français sur dix vit sous le seuil de pauvreté (8 millions de pauvres en 2008 selon l’INSEE), deux millions huit cent mille font effectivement appel à l’aide alimentaire, et parmi eux, de nombreux travailleurs pauvres, et si les jeunes et les retraités hantent de plus en plus ces lieux de désespérance, il est aussi le passage obligé de bon nombre de femmes ayant des enfants en bas-âge.
Quatre réseaux sont présents sur le territoire : la Banque alimentaire, le Secours populaire Français, les Restos du cœur et la Croix rouge française. L’aide y prend différentes formes : repas chauds, colis, épicerie...
Les régions Languedoc-Roussillon et Nord-Pas-de-Calais se caractérisent par des indicateurs de précarité (PIB par habitant, taux de chômage, part des prestations légales dans les revenus des ménages, taux de bénéficiaires du RSA...) figurant parmi les plus critiques de France. Il n’est donc pas surprenant que les structures d’aide alimentaires régionales aient une fréquentation importante.
Voilà donc la société dans laquelle nous vivons, une vie où le travail quand on en trouve, ne suffit plus, une société qui laisse jusqu’à ses mères dans l’impossibilité de nourrir leurs enfants.

Dans les années 80, les mondialistes socialistes, Michel Rocard en tête, avaient mis en place le RMI, face au chômage de masse, il fallait bien trouver un palliatif qui, à défaut de recouvrer une situation tolérable, voire viable, la rendait apparemment moins inhumaine, si tant est que l’on puisse penser que la dignité humaine n’était pas déjà largement atteinte.
Parmi nos grands économistes, il en est tout de même qui estiment en convergence avec l’OCDE, le NAIRU ( Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment ) défini comme le « taux de chômage d'équilibre vers lequel le chômage tend, en l'absence de chocs d'offre temporaires, une fois que le processus d'ajustement dynamique de l'inflation est achevé », à environ 9,5 %, « le cadre structurel de la France impliquant inévitablement un fort chômage, ou une accélération de l'inflation».

Pour sauver leur système économique et maintenir les salaires à la baisse, il fallait « naturellement » laisser une personne sur dix au chômage, l’immigration jouant parfaitement la variable d’ajustement.

En 2009, c’est la droite qui, à son tour, s’aperçoit que des français qui travaillent, peuvent percevoir moins de revenus qu’une famille de RMIstes sans travail tant les salaires sont bas, ils inventent donc le RSA pour mettre au niveau les personnes dites actives, mais ne croyez pas que cela concerne tous les travailleurs pauvres, dans une famille monoparentale de trois enfants ou plus par exemple, le parent, devrait ne toucher qu’un salaire de 131 euro(s) par mois pour avoir droit au RSA, et elle ne touchera aucune aide (y compris CMU ou CMU complémentaire) même si elle gagne moins que le SMIC, comble de la misère, ce sont les faibles allocations familiales normalement attribuées, qui plomberont son dossier.
Il faut savoir que la mère de famille nombreuse - car c’est en général d’elle qu’il s’agit, et alors même qu’elle pérennise l‘avenir de la nation - si elle travaille au Smic et élève seule ses enfants, est la dernière des aidés dans notre système; les services sociaux ne manqueront pas de lui faire remarquer qu’il n’est pas sensé d’avoir eu des enfants, si par éventualité, elle avait envisagé de faire une carrière de pauvre, quand on nous somme par ailleurs de croire que l’immigration est nécessaire parce que nous n’enfantons pas assez, trouvez l’erreur.
Mentionnons qu’en situation identique, les ressortissants n’ayant pas notre nationalité auront droit eux, à la couverture maladie pleine et entière, un accès direct à l’aide alimentaire quand nos compatriotes doivent monter un dossier des plus contraignants, ainsi qu’à diverses aides des associations communautaires (gardes d‘enfants gratuites par exemple) qui n‘existent pas quand on fait exclusivement partie de la communauté nationale.

Les banques alimentaires qui récoltent les denrées ensuite réparties et redistribuées par différentes associations, tiennent leur création du modèle américain confronté avant nous au problème de pauvreté de masse.
Notre monde s’étant peu à peu calqué sur ce modèle des plus inégalitaires, qui produit toujours plus de richesses pour un très faible nombre, parallèlement au nombre grandissant de pauvres et de classes moyennes précarisées.
Les banques alimentaires permettent ainsi aux grands groupes de se débarrasser à moindre frais de leurs denrées périssables dont le stockage et la destruction ont un coût, quand les bénévoles des associations permettent de l’annihiler.
De même, les Etats, alors même que leurs ressortissants les plus fragiles connaissent la faim, maintiennent un certain niveau des cours des denrées agricoles en écoulant leur surproduction via les banques alimentaires.

In fine, le particulier lui-même peut se permettre de faire œuvre de charité en faisant l’aumône de quelques nourritures annuelles, se payant le luxe de donner aux pauvres, se dédouanant de soutenir à l’année, un système qui les génère.

Chacun se drapant alors d’une BA toujours valorisante, ignorant que le pauvre ne se sent lui qu’humilié et méprisé davantage, de devoir demander, et quémander pour vivre, alors qu’il est un homme comme eux qui ne demanderait que la dignité de vivre de son travail, mais cela, faisons semblant de l’oublier, c’est bien plus facile et bien plus gratifiant de faire l’autruche.

D’autant que le Système qui est pourri mais se défend bien, fera tout pour ne jamais se remettre en cause, et pour fêter la misère tel un rituel ordinaire, une soi-disant solidarité hautement mise en scène, rallié par tout ce que le show-biz compte de privilégiés, pour mieux masquer qu’il a depuis longtemps renoncé à permettre aux siens d’être libres, et notamment de travailler, pour ne rien dire des autres formes de liberté, offrant comme seule perspective, une « mort à crédit »  que l’on célèbre chaque année, elle.

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 21030
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fédération française des Banques Alimentaires

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum