Visiteurs de prison : Des bénévoles au chevet des détenus...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Visiteurs de prison : Des bénévoles au chevet des détenus...

Message par Guy Verdier le Sam 3 Avr - 14:56

Des bénévoles au chevet des détenus

Au centre pénitentiaire de Draguignan, à la rencontre des visiteurs de prison.
03 février 2012

VARMATIN.COM : Cliquez ici pour voir le CLIP VIDEO

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 21030
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Visiteurs de prison : Des bénévoles au chevet des détenus...

Message par Guy Verdier le Sam 26 Fév - 20:14





LA REINSERTION DES PERSONNES DETENUES



"Nous avons la prétention de resocialiser des individus en leur imposant la pire des vies sociales qu'on puisse imaginer." (C. Demonchy)








La mission de l'administration pénitentiaire est quadruple : protéger la société, assurer la punition du condamné, favoriser son amendement, et permettre sa réinsertion. Les deux premières missions sont assurées avec succès ; les deux suivantes en sont pas du tout, ou si peu assurées. Que dirait-on d'un constructeur automobile dont 75 % des voitures qu'il fabrique reviennent à l'atelier pour problème grave (elles ne roulent que quelques km et ensuite ont une panne de moteur) ? C'est ce qui se passe avec l'institution pénitentiaire, qui continue son activité sans que personne ne s'en émeuve, avec le taux d'échec incroyable qu'on lui connaît.


*




On parle beaucoup de réinsertion des personnes détenues : on devrait d'abord parler "d'insertion", car une bonne partie des personnes qui sont mises en prison ne sont pas réellement bien insérées dans la société avant leur incarcération. Elles ont souffert dans leur passé (souvent dans leur enfance) de carences éducatives, affectives, et de problèmes psychosociaux qui ne leur ont pas permis d'avoir une trajectoire normale de vie. D'où quelquefois les actes délictueux ou criminels qui suivent.
L'Administration Pénitentiaire n'utilise pas un langage approprié lorsqu'elle précise qu'elle oeuvre à la réinsertion des personnes détenues et à leur amendement. L'encellulement ne fait que "désinsérer" encore davantage les personnes de leur famille, de leur travail et de la société : il les rendra pires à la sortie, sans favoriser aucunement leur amendement, bien au contraire. On devrait plutôt parler du travail de "désinsertion" et de "pourrissement"de l'institution carcérale. Elle lâche brutalement les sortants de prison sur un trottoir, le jour de leur libération, sans souvent les prévenir de leurs droits (voir les résultats de l’enquête sur les sortants de prison conduite par l’administration pénitentiaire en 1997, plus bas). Elle les a brisés, dépersonnalisés, déstructurés durant des années, au point de transformer certains d'entre eux en larves et en mollusques, et de les rendre incapables de refaire face à la vie extérieure : bien sûr l'administration adopte un langage humaniste pour se donner bonne conscience. Mais la réalité est là : taux d'échec 75 %. L'institution carcérale s'en lave les mains, démontrant son incapacité en la matière.


Le Site Prisons




Un condamné sur deux récidive dans les cinq ans
Un condamné sur deux, libéré entre le 1er mai 1996 et le 30 avril 1997, a de nouveau fait l'objet d'une condamnation dans les 5 ans qui ont suivi sa remise en liberté. C'est une étude de l'administration pénitentiaire qui révèle ces chiffres préoccupants. Parmi les récidivistes, 40.7% ont été condamnés à de nouvelles peines d'emprisonnement ferme, dont 0.2% à des peines de réclusion criminelle. Toutefois le taux de récidive varie selon la nature de l'infraction pour laquelle le détenu a été condamné initialement. (OF 8.05.2004)


Sortir de prison : l'échec de la réinsertion



  • 60% des sortants déclarent ne pas avoir d'emploi (notamment les femmes, les étrangers, les moins de 25 ans, et les plus de 40 ans)
  • En moyenne, les libérés sortent avec 130 €
  • 20% des détenus sortent avec moins de 8 €
  • Plus d'un quart des libérés sortent avec moins de 15 € en poche
  • 80% des libérés sous conditions déclarent être embauchés à leur libération.
L'échec du système pénitentiaire se résume aux taux de récidive:


  • 60% des anciens détenus ont de nouveau à faire avec la justice
  • 40% retournent en prison dans les 5 ans qui suivent leur libération.
L’enquête sur les sortants de prison conduite par l’administration pénitentiaire en 1997 montre que les personnes libérées ont peu recours aux organismes d'aide à l'emploi, malgré une proportion de chômeurs importante (60 %). Moins du quart des sans-emploi sont inscrits à l’ANPE, moins de 20 % aux ASSEDIC (pour obtenir l’allocation d’insertion). Le RMI a été sollicité par à peine 14 % des personnes sans-emploi pouvant y prétendre. “ Il semblerait que ceci soit dû à un manque d’information ” précise l’étude…


La réinsertion : la grande solitude des libérés


La libération
La libération intervient lorsque la peine fixée par la juridiction a été exécutée, ou lorsque le détenu a bénéficié d'une mesure aboutissant à un aménagement de peine.
Plus de 60% des détenus sortent en fin de peine.
Environ 6.5% sortent en libération conditionnelle 2% suite à une grâce ou une amnistie.
23.5% des autres détenus sortent avant d'avoir été jugés en vertu d'une mise en liberté pendant la détention provisoire.

Le jour de la sortie
Le service du greffe procède à la levée d'écrou et délivre un billet de sortie au prisonnier.
La première démarche hors des murs est de trouver un toit. Ce sont les détenus eux même qui, en prison , font la démarche de demander au service social de leur maison d'arrêt un hébergement en prévision de leur sortie.

Les organismes intervenant
Une soixante d'agents de l'Agence nationale pour l'emploi (ANPE) sont chargés de favoriser la recherche d'emploi des condamnés incarcérés ; ce sont les " correspondants ANPE/ Justice ".
Ils interviennent au sein des établissements pénitentiaires en collaboration avec les Services pénitentiaires d'insertion et de probation (SPIP).
Chaque SPIP est chargé d'informer les détenus de toute intervention des correspondants ANPE/Justice et de repérer les personnes intéressées.
Après la libération, l'ANPE peut fournir un accompagnement personnalisé lors de la recherche d'emploi des anciens détenus. Il est, en principe, considéré comme prioritaires dans le cadre des stages de formation à l'emploi.
En Ile-de-France, il existe une agence de l'ANPE spécialisée pour les sortants de prison, unique structure de ce type sur tout le territoire national : Espace liberté emploi. Pendant les 6 mois suivant sa libération toute personne peut bénéficier, à sa demande, de l'aide du service pénitentiaire d'insertion et de probation du département de son lieu de résidence. Le SPIP doit s'assurer de la continuité des actions engagées en détention.

Au 1er janvier 2000, on compte en moyenne pour 100 détenus 40 surveillants, mais 1 seul travailleur social. La composition du personnel est donc plus orientée vers la garde que vers la réinsertion


QUELQUES REFLEXIONS...

Dans toutes les sociétés, il existe, et il y a toujours eu, des groupes qui ne bénéficient pas de certaines des facilités sociales, culturelles et économiques offertes à d'autres. Leur exclusion peut être inconsciente ou semi-consciente, ou peut aussi obéir à une politique délibérée. Les minorités ethniques, les populations autochtones, les femmes et les filles, les paysans sans terre et les handicapés figurent parmi les groupes qui souffrent fréquemment de discrimination sous l'effet de facteurs culturels et qui, bien souvent, vivent dans la pauvreté et le besoin matériel.

Les prisonniers sont l'un des groupes marginalisés de la société, mais c'est consciemment et délibérément qu'on en a fait des déshérités placés au ban de la société parce qu'ils ont commis une infraction contre des personnes ou des biens, ont méprisé les valeurs reconnues par la société ou ont enfreint les règles imposées par un régime politique. Cela ne veut pas dire pour autant que leur incarcération temporaire soit une réponse suffisante au phénomène de la criminalité. En fin de compte, presque tous les détenus deviennent d'anciens délinquants qui sont rendus à la société dans laquelle ils ont commis leur infraction. Il est donc tout à fait justifié de chercher à protéger la société contre de nouvelles infractions en améliorant les chances de réinsertion réussie des détenus dans la société. La fréquence de la récidive indique qu'on pourrait faire davantage, même si les effets directs de l'éducation ou de tout autre programme ne sont pas encore démontrés avec précision.

A un niveau différent, il est reconnu aujourd'hui que l'éducation est un droit fondamental de l'être humain qui répond à un besoin élémentaire. On peut donc soutenir que l'incarcération, même si elle est considérée comme une sanction justifiée, ne devrait pas entraîner la privation d'autres droits civils, dont l'un d'eux est l'éducation.

Dans le contexte des droits de l'homme, on s'efforce dans le monde entier d'atteindre les minorités désavantagées en modifiant et en élargissant le système d'éducation classique et en renforçant les formules extra-scolaires pour des groupes déterminés. Les plus désavantagés sont ceux qui ne savent ni lire ni écrire; en effet, dans un monde dominé par les messages codifiés, l'alphabétisme est considéré à juste titre comme la connaissance la plus élémentaire de toutes et la base du progrès dans l'éducation. C'est donc l'un des moyens de combattre l'exclusion sociale.

Le concept de l'éducation la vie durant n'est pas sans rapport avec le principe des droits de l'homme. Dès le début des années 70, les organisations internationales d'éducation et un grand nombre d'éducateurs ont considéré l'éducation dans une perspective globale, de sorte que chaque activité éducative s'inscrirait dans un processus qui dure toute la vie. Vu sous cet angle, il n'y a aucune raison pour que le processus soit interrompu par l'incarcération.

L'éducation est donc jugée indispensable au développement de la personnalité et à la participation à la société; elle ne consiste pas à apprendre par cœur un condensé de données reçues, mais à aller au-delà de données qui n'ont que valeur d'exemple pour trouver par soi même et mettre en pratique les connaissances élémentaires acquises.

Il est impossible de séparer l'éducation du contexte dans laquelle elle s'inscrit. Dans le milieu contraignant d'une prison, il est particulièrement difficile d'organiser une éducation qui vise à rendre l'individu à même de prendre des décisions et par conséquent de diriger sa vie. On peut mettre en doute la possibilité de modifier le comportement des délinquants par l'éducation en milieu carcéral et de faire prendre conscience au détenu du rôle de divers types de dépendance et de la désintégration sociale dans une vaste gamme d'infractions. Si l'on veut réinsérer les détenus dans la société en suscitant chez eux un changement réel, il faut aussi les rendre plus autonomes et leur donner une meilleure opinion de soi. Pour concilier ces différentes fonctions de l'incarcération, il a été généralement préconisé de modifier la politique carcérale.

© United Nations and UNESCO-Institute for Education


http://prisons.free.fr/reinsertion.htm

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 21030
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum