OPEX : Centrafrique: Hollande en appelle à l'ONU, qui va accélérer ses discussions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

OPEX : Centrafrique: Hollande en appelle à l'ONU, qui va accélérer ses discussions

Message par Guy Verdier le Sam 28 Déc - 13:40

Centrafrique: Hollande en appelle à l'ONU, qui va accélérer ses discussions

Source : 20minutes.fr


Des soldats français à Bangui (Centrafrique) le 13 décembre 2013. Jerome Delay/AP/SIPA

MONDE - Les Nations unies réfléchissent au déploiement d'une force de maintien de paix, alors que le conflit aurait fait un millier de morts depuis début décembre...

Les Nations unies ont annoncé vendredi qu'elles comptaient intensifier les discussions sur l'éventuel déploiement d'une force de maintien de la paix en Centrafrique. «Des consultations supplémentaires entre des membres du Conseil de sécurité et l'Union africaine vont avoir lieu très rapidement dans les prochains jours», a indiqué l'ONU dans un communiqué.

Le président français, François Hollande, a justement demandé vendredi à l'ONU de jouer un rôle «plus important» en Centrafrique où le bilan des violences ne cesse de s'alourdir. Au cours d'un entretien téléphonique avec Ban Ki-moon, le président a souhaité que «les Nations unies jouent un rôle plus important encore dans la période de transition en Centrafrique», après l'avoir remercié «pour l'action déployée par les Nations unies en vue de renforcer» la force africaine sur place, la Misca.

Un millier de morts depuis le 5 décembre
Lors du vote du Conseil de sécurité de l'ONU donnant mandat à la France pour intervenir en Centrafrique, le 5 décembre, la résolution envisageait la transformation de la Misca en force de maintien de la paix de l'ONU, mais à condition que le Conseil donne son feu vert. De source proche du président français, on rappelle que le secrétaire général de l'ONU doit rédiger «au plus tard» dans les trois mois un rapport sur la transformation éventuelle de la Misca en une opération de maintien de la paix des Nations unies.

Interrogé sur la radio RTL, l'archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, a réitiré vendredi son appel à l'envoi urgent de Casques bleus. «Je demande à ce que les forces onusiennes puissent être déployées pour aider l'armée française qui est là et qui fait ce qu'il faut faire, mais les limites, nous les voyons chaque jour avec le déplacement massif de gens qui quittent les quartiers et qui vont dans un autre quartier, ou bien encore avec les éléments incontrôlés qui tirent et qui tuent ou qui empêchent les autres de se déplacer», a-t-il dit.

La présence militaire française était massive vendredi dans les rues de Bangui, où des tirs ont encore retenti durant la nuit. La Croix-Rouge ne dispose pas d'un bilan complet, mais certaines estimations font état d'un millier de personnes tuées par balle ou à l'arme blanche en Centrafrique, depuis le 5 décembre.
Avec AFP

Plus d'informations sur ce sujet en vidéo ICI

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 21082
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Centrafrique : les États-Unis au secours de Hollande ?

Message par Guy Verdier le Mar 31 Déc - 18:23

Centrafrique : les États-Unis au secours de Hollande ?

Le Point.fr -

L'ambassadrice américaine à l'ONU s'est rendue en Centrafrique et plaide pour que son pays s'implique davantage. Un coup de main qui soulagerait la France.

Samantha Power, ambassadrice américaine des Nations unies, ici en novembre dernier. © Neilson Barnard / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Par Michel Colomès

Elle s'appelle Samantha Power et elle est, à 43 ans, la représentante des États-Unis à l'ONU. Et bien que François Hollande ne l'ait sans doute jamais rencontrée, elle est peut-être celle qui pourrait lui donner un sérieux coup de main dans une affaire de plus en plus mal engagée en République centrafricaine.

Mrs Power est la nouvelle ambassadrice auprès des Nations unies nommée par Obama en juin 2013. À ce titre, elle siège au Conseil de sécurité pour y représenter son pays. Pourtant, Samantha Power n'est pas une diplomate de carrière. C'est une journaliste. Et même une journaliste engagée dans la défense des droits de l'homme. C'est même ce qui lui a valu en 2002 le prix Pulitzer pour un livre intitulé "L'Amérique à l'heure des génocides", un essai très critique sur la manière dont les États-Unis s'étaient conduits au moment d'affaires comme celles de la Bosnie, du Rwanda ou du Timor oriental.

"Recrudescence des atrocités"

C'est donc une personnalité très sensible aux souffrances des civils pendant les conflits que Barack Obama a dépêchée en RCA la semaine dernière. Pour évaluer la gravité de la situation et savoir si les États-Unis doivent s'y engager plus qu'ils ne l'ont fait jusqu'à présent. Washington considérait jusqu'alors que c'était l'affaire de l'Europe et se satisfaisait de voir la France s'impliquer dans ce conflit ethnico-religieux dans une de ses anciennes colonies. Début décembre encore, la Maison-Blanche s'estimait quitte en consacrant 100 millions de dollars d'assistance qui ont servi, entre autres, à transporter le contingent africain du Burundi à Bangui.

Mais, comme l'a dit l'ambassadrice Samantha Power, "le président et le secrétaire d'État John Kerry ont été récemment profondément troublés par les rapports qui font état d'une recrudescence des atrocités en RCA", et ce, en dépit de la présence des troupes françaises. Autrement dit, alors que les Européens, dans un manque de solidarité assez remarquable, font mine de ne pas voir ce qui se passe en Centrafrique et ne montrent aucune hâte à s'impliquer dans le conflit, les États-Unis, eux, pourraient se réveiller.

Concours d'esquive

Le rapport que Mrs Power a fait à la Maison-Blanche au retour de son voyage express à Bangui sera déterminant. Et pourrait inciter Washington à donner à François Hollande, certainement pas des troupes, mais au moins l'aide financière que les 28 semblent peu empressés de lui apporter, sous prétexte que c'est de l'ONU et non de Bruxelles que la France tient son mandat (le concours d'esquive lors du récent sommet européen consacré à la défense était sur ce point un modèle du genre).

L'envoyée de Barack Obama a un bon argument pour le convaincre de s'impliquer plus aux côtés de la France : une directive officielle d'août 2011, probablement inspirée par Mrs Power, qui était à l'époque au Conseil national de sécurité, énonçait que la protection des civils dans les conflits, notamment lorsqu'il y avait risque de massacres, voire de génocide, était "l'essence même de la responsabilité morale des États-Unis". Or, Obama, qui avait applaudi à ce principe, pourrait être incité par ses conseillers à le mettre en pratique en RCA. Et ce, d'autant plus que la presse américaine lui a largement reproché d'avoir oublié les promesses de 2011 en abandonnant les civils de Syrie aux bombes de Bachar el-Assad. Samantha Power verrait enfin se réaliser, même timidement, ce pour quoi elle milite depuis si longtemps. Et François Hollande se sentirait moins seul dans le bourbier centrafricain.

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 21082
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Afrique: la Centrafrique au cœur de la tournée de Jean-Yves Le Drian

Message par Guy Verdier le Jeu 2 Jan - 12:24

Afrique: la Centrafrique au cœur de la tournée de Jean-Yves Le Drian



Le président tchadien Idriss Deby a reçu le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian le 1er janvier 2014 et la crise centrafricaine était au cœur de l'entretien.

AFP/Brahim Adji
Par RFI


Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, poursuit sa tournée en Afrique. Après le Mali et Niamey mercredi 1er janvier, il était attendu dans la soirée à Ndjamena et ce jeudi matin à Bangui, où la France est engagée dans une opération militaire d'importance
La France fait face en Centrafrique a une situation bien plus complexe qu'elle ne l'attendait. Le dossier centrafricain est donc au cœur des différentes étapes de la visite de Jean-Yves Le Drian en Afrique centrale. Le ministre français de la Défense était attendu mercredi soir 1er janvier 2014 à N'Djamena et il passe ce jeudi par Bangui et doit aller à la rencontre des 1600 éléments de la force française Sangaris. Des étapes sont par la suite prévues à Libreville et Brazzaville, deux capitales clés dans la gestion de la crise.

Lutte contre le terrorisme aussi
Dans les pays sahéliens, c'est surtout de la lutte contre le terrorisme qu'il a été question ces 31 décembre et 1er janvier.
Au Niger, Jean-Yves Le Drian s'est rendu sur la base française de Niamey où sont déployés deux nouveaux drones français. Des drones Reaper qui seront utilisés dès ce début d'année dans l'ensemble de la région pour la lutte anti-terroriste.
Au Mali, le ministre de la Défense a réaffirmé que les troupes françaises de l'opération Serval seront réduites à un millier d'hommes au printemps 2014. La France et le Mali travaillent cependant à un nouvel accord de défense qui devrait être signé dès ce mois-ci dans la capitale malienne. « L'objectif commun de la lutte contre le terrorisme, a indiqué le ministre, sera inscrit dans cet accord ».

► à(ré)écouter : Jean-Yves Le Drian avec les soldats de Serval pour le Nouvel An

_________________
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire [Albert Einstein]
avatar
Guy Verdier
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 21082
Age : 73
Localisation : 13012
Emploi/loisirs : Cadre commercial en retraite, Monde associatif
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://tous-citoyens.forumchti.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: OPEX : Centrafrique: Hollande en appelle à l'ONU, qui va accélérer ses discussions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum